Paris game week 2012

Paris game week 2012

06/11/2012

Ca​‌‍​‌​‌‍​‍ y est la Paris Game Week est terminée. j’y étais avec quelques amis, comme l’année dernière, c’était vraiment super et comme l’année dernière, je vais vous faire le petit résumé qui va bien. Pour les photos, rendezvous en bas de l’article.

Tout commence à quand mon réveil se met à sonner, je l’éteins et commence par maudire les organisateurs de ne pas avoir choisi Rennes plutôt que Paris, il est 5h00, je viens de me prouver que je suis capable de me lever à cette heure là, et j’ai encore la route à faire. J’enfile mes chaussettes et mon petit dej’ et je file rejoindre les gars qui eux, ont déjà une heure de route dans la vue et qui ont eu la gentillesse de me prendre en passant. Tant bien que mal et la tête dans un endroit très peu exposé au soleil, on se met en route pour arriver à Paris 3 heures et demis plus tard. On traverse le périphérique sans embuches (le bol!) et on se gare dans un parking qui marquera ma mémoire pour toujours grâçe à sont prix fort sympathique (TROLL). On sort de la voiture en se remuant le popotin qui en 3h30 de route à bien durcit et on se met en chemin.

Étant déjà venu l’année précédente, je fait le cake pour finalement me rendre compte que je ne sait pas dans quel bâtiment a lieu l’événement, m’offrant mon premier fail de la journée. Une fois que je comprend que les panneaux sont là pour ça, je décide de m’en faire des amis et nous retrouvons notre chemin assez rapidement. En chemin, je me fait offrir trois échantillons de shampoing Axe ainsi qu’un violent coup de poing à l’estime. Et voilà on y est! l’événement que j’attends depuis plusieurs mois. Après avoir passé le mec de la sécurité qui n’avait de sécurité que le tee short. On entre, et voilà ce que l’on voit (désolé d’avoir filmé en 640*480).

Une salle remplis de stands faisant honneur aux jeux vidéos, et si ça c’est pas déjà super, je ne sait pas ce qu’il vous faut. On commence par faire un premier tour de manière à découvrir un peu ce que la salon nous réserve. Tous les éditeurs présents l’année dernière sont présents et quelques nouveaux viennent se mêler à la fête. Plus on avance et plus je regrette d’avoir maudit les organisateur qui a défaut de ne pas avoir choisi un endroit plus proche de chez moi (TROLL), savent organiser un super salon (avis pas du tout biaisé par mon LEGER côté Geek). On passe la matinée à marcher dans les allées, découvrant des tas de choses intéressantes et comme à la dernière édition je n’avais pris que trop peu de photos et que je l’ai regretté par la suite, on s’arrête faire le shooting. Un peu avant midi, on entre sur le stand Nintendo pour voir ce que la Wii U a dans le ventre. On fait la queue avec notre jolie ticket jaune nous garantissant l’entrée pour finalement entrer sur le stand et ne pas pouvoir jouer car, trop de tickets ont été distribués et qu’il n’y a plus assez de consoles…

On refait un autre tour de manière à bien être sûr de bien tout voir! puis on s’arrête sur ce qui sera la seconde activité de la journée, je veut bien entendu parler de l’ESWC. Pour ceux qui ne connaisent pas, cette acronyme signifie dans la langue de Shakespeare Electronic Sport World Cup soit en bon français coupe du monde des sports électroniques. Je ne reviendrais pas sur la polémique suivante “Le sport électronique n’est pas un sport” aux risques de m’emporter et de tout casser (sisi c’est possible). En tout cas, il y a beaucoup de monde à regarder. L’ambiance est vraiment très bonne avec un show à la hauteur de l’évennement. les joueurs sont au top et c’est vraiment beau à voir.

On a ensuite eu la chance de participer à une présentation de cosplay LOL dont ne n’ai ni photo ni vidéos mais je pense que vous pourrez en trouver sur le net si cela vous interesse. Et c’est en sortant de cette scéance cosplay que j’ai croisé lili dîn dans son cosplay de lara croft qui aux vues de mon approche à due me prendre pour un dangereux psychopathe.

Le bilan de cette journée est plutôt bon et je ne saurais que vous le conseiller car, c’est vraiment génial. L’année prochaine on prend les mêmes et on recommence? Affaire à suivre.